Identité & Réconciliation

Tel est le titre que j’aurais bien donné à la contre-feuille de route en 26 points élaborée par le Bloc Identitaire pour réagir au projet officiel de grand remplacement que la clique métisocialiste  a jeté au visage du Peuple de France.  Et ce ne serait pas tant pour marcher sur les plates-bandes d’Alain Soral que pour signifier l’état d’esprit profond que peut sous-tendre un tel projet.

Car « La Valise ou le Cercueil » n’est pas notre slogan mais au contraire celui de cet ennemi de la France, qui, fort de son succès, concevait l’invasion douce de l’Europe entière comme l’ultime moyen de la subvertir après 13 siècles d’échec global. Nous pourrions prendre à témoin l’humanité entière que la volonté d’éviter l’anéantissement de notre Europe est juste et que la manière proposée à cette fin est humainement impeccable.

En tout cas, tel est bien mon état d’esprit, et c’est en ce sens que je commente ci-dessous, comme Fabrice Robert y a invité le public, les 26 points.  Mais j’ajouterais « utilité » à ce sens de l’« équité » dans l’examen, et ce serait assez romain, somme toute, au meilleur sens du terme, à savoir responsable

1.       Abrogation du droit du sol.

Sauf le droit du sol minimal défini par l’article 19 du CC :  « Est français l’enfant né en France de parents inconnus. Toutefois, il sera réputé n’avoir jamais été français si, au cours de sa minorité, sa filiation est établie à l’égard d’un étranger et s’il a, conformément à la loi nationale de son auteur, la nationalité de celui-ci ». Par contre l’article 19-1 qui dit la même chose pour les enfants d’ « apatrides » est dangereux.

Bien sûr, le cas de naissance de parents inconnus est aujourd’hui rare en France, mais c’est bien le titre de citoyenneté de certains français plus âgés, et nul ne préjuge de l’avenir, et surtout l’adjonction de cet article 19 à l’article 18 qui pose le droit du sang est le symbole de notre volonté de civilisation.

Pour le reste, il sera toujours temps, par la suite, de reposer proprement et solennellement le lien naturel existant entre la Nation et la Cité.

2.      Abrogation du regroupement familial.

Je dirais même plutôt : inversion du regroupement familial : deux étrangers qui viennent faire un enfant en France devraient être « désignés comme volontaires » pour la rétromigration dans l’année de sa naissance.

3. Expulsion automatique et interdiction de territoire de tout étranger commettant un délit ou un crime sur notre sol.

4. Mise en place d’accords avec les pays d’origine pour que les peines de prison de leurs ressortissants soient effectués chez eux.

Rien à redire : la prison nous coûte très cher.

5. Déchéance rétroactive de la nationalité française pour tout étranger naturalisé ayant commis un délit ou un crime ces 10 dernières années.

6. Déchéance automatique de la nationalité française pour tout binational ayant commis un crime ou délit.

Et c’est reparti pour la déchéance ! La France a signé la convention de 1961 sur l’ « apatridie » -fort mal nommée en français – , qui vise à réduire le nombre d’apatrides. Elle l’a d’ailleurs fait avec des réserves (comme nombres d’états). Il faudrait vérifier si votre déchéance du point 5 rentre dans ces réserves.  Maintenant, votre point 6 : si l’autre Etat dont ressort votre bi-national pose la même règle, le bi-national criminel devient « apatride ».

Donc, considérons ceci : 1°) nationalité n’est pas le bon mot, contrairement à citoyenneté 2°) naturalisation a toujours été ridicule, c’est avec lui que le cheval devient une vache.  3°) la citoyenneté n’est pas un cadeau mais un contrat et votre unilatéralisme méprise cela. Du reste, vos propres références culturelles vont à l’encontre. Dans la cité antique, la déchéance n’existait pas. Certes, le citoyen romain devenu esclave pour quelque raison n’était plus citoyen : mais quand il cessait d’être esclave, il redevenait de ce fait citoyen.

7. Mise en place d’un Fond d’Aide au Retour associé au lancement d’une campagne de sensibilisation incitant les immigrés à rentrer chez eux.

Assurément, « il est digne, pour tout homme, de regagner la terre de ses ancêtres ». Et cela s’applique aux deux parties, grâce à l’ambiguïté de « regagner » :  car regagner notre propre terre, c’est exactement ce que nous voulons faire en faisant en sorte que les allogènes regagnent la leur …

Et le fond d’aide au retour est le cœur d’un dispositif de rétromigration pacifique. Vous avez bien fait de ne rien préciser, pour l’instant, quant au montant individuel de cette aide … Il sera toujours temps d’expliquer deux choses à ceux qui admettront le principe 1°) il ne peut qu’être élevé (36 000 euros, soit un lingot d’or par personne ? ) 2°) mais les indigènes le payent déjà sous toutes les formes imaginables aux allogènes !  3°) si bien que la rétromigration payante est, en fait, sous toutes les dimensions imaginables, un investissement !

8. Création d’un Haut-Commissariat à la Remigration.

Sûr que l’institution est nécessaire pour cette opération sans précédent historique pour l’ampleur et la manière. Mais puisque vous êtes sensible à la communication, vous devriez écoutez ceci.

Nous avons un office des migrations et nous pouvons bien avoir à la place, un office de rétromigration … car tel est bien le terme employé en anthropologie pour désigner ce phénomène, outre son utilisation dans un sens plus précis en ornithologie, et voisin en informatique. Ce terme, de formation latine impeccable (comme cession/rétrocession), est compréhensible tel quel par n’importe qui en Occident, en outre transposable tel quel en anglais familier par back migration et en allemand par Rückwanderung. Au contraire, votre remigration signifie simplement une nouvelle migration vers un tiers lieu, et pas spécialement le retour du migrant ou de ses descendants au premier lieu d’où il est venu. Au moins, retour au pays était bucolique et rapatriement dramatique tandis que votre rémigration/remigration est « juste pas scientifique » – car je sais truffer mon langage de cet anglicisme flagrant, apparu il n’y a pas 6 mois et sur lequel tous les médias français se ruent ! Ou bien, c’est un « québécuisme », mais ça ne change rien, .

De plus, votre commissariat – à la déportation ? à la question allogène ? – est le summum de la connotation HLPSDNH …   Vous le faites exprès ou quoi ? Vous pouvez appeler directeur le responsable d’un tel office mais pas « commissaire » …  Kapiert ?

9. Gel des naturalisations pour les pays hors-UE pendant 10 ans, hormis à titre militaire (Légion Étrangère).

C’est l’extension métaphorique du « Français de sang » : ici, le soldat devient français par le sang versé ou tout au moins offert pour la France.

Il y aurait lieu, cependant, de s’interroger sur l’utilité finale de ce corps militaire inventé pour pacifier le désert et qui s’avère très utile pour soustraire certains européens aux foudres du TPI et certains français à l’audience du TI. Mais voilà, qui chanterait « tiens voilà du boudin » si on supprimait la légion étrangère ?

10. Mise en place d’accords avec les pays de la rive sud de la Méditerranée soumettant les aides économiques et militaires à un contrôle de leurs zones d’émigration.

Un contrôle par eux et par nous, donc comprenant l’autorisation pour nos forces de pénétrer ordinairement dans les eaux territoriales des dits états à la seule fin de bloquer les embarcations.  Ce sera la preuve formelle de la bonne volonté des dits Etats, qui manque clairement jusqu’à ce jour.

11. Mise en place d’une véritable protection aux frontières de l’UE, ou sortie de l’espace Schengen en cas de refus.

Oui, mobilisons les marins qui se font bronzer le pompon, les flics qui tapent le carton, et tout ce qui porte des armes et que financent nos impôts, à cette tâche de salut public.  Inventons, comme les Australiens, des embarcations spéciales pour professionnaliser cette tâche, mais aussi des dispositifs terrestres .. et mêmes célestes …

12. Exclusivité des aides sociales et des logements sociaux aux nationaux et ressortissants européens.

13. Suppression totale de l’AME.

Rien à redire

14. Instauration de la préférence locale, nationale, et européenne dans le cadre des embauches. Les employeurs devant démontrer qu’aucun employé du bassin d’emploi, ou de nationalité française, ou ressortissant de l’UE, n’était à même de satisfaire à une offre.

On dirait un truc de socialiste … Allez-vous demander à Filoche de contrôler ça ? Contentez-vous de sur-taxer tout nouveau contrat qui embauche un étranger.

15. Refus du concept d’ « immigration choisie » et mise en place de véritables partenariats avec les pays d’émigration. L’objectif étant de fixer les élites dans leurs pays d’origine à travers des partenariats, universitaires notamment, sur place.

Il faudrait même faire plus : construire des villes nouvelles pour accueillir les retro-migrants, comme le montre le retour d’expérience des rétromigrations réussies, quoique elles ne fussent pas volontaires, comme celle proposée cette fois ci.

16. Peine de prison systématique pour les patrons employant en connaissance de cause des salariés immigrés clandestins.

Vu que les dits patrons les embauchent pour casser le prix du travail, la bonne punition consiste à gonfler le prix du travail quand on les pince, et non pas à les mettre en prison.

17. Arrêt des subventions et interdiction des associations soutenant l’immigration clandestine. Retour dans le code pénal du délit d’aide à l’immigration clandestine avec peine de prison systématique en cas de récidive.

S’ils ne rentraient pas, il n’y aurait pas besoin de cela. Je n’en dirais pas plus – d’ailleurs, pourquoi pas la déchéance, pour eux aussi ..

18. Interdiction de toute propagande en faveur de l’immigration réalisée à l’aide de fonds publics : chaînes de télévision et radios, mais aussi journaux bénéficiant de l’aide de l’État.

Aucun journal, hors le journal officiel, ne saurait bénéficier de l’aide de l’Etat. Et de même les productions de cinéma. Toutes les télés publiques doivent être vendues. Tous les vecteurs de la communication métisocialiste seront ainsi privés de cette ressource indue, qui leur permet de nous arroser de cette propagande répugnante.

19. Interdiction de tout financement public ou étranger des mosquées. Interdiction des minarets.

Si vous voulez … Pas de financement public,  c’est clair ; et sus aux minarets, pourquoi pas. Moi aussi, je présenterais bien mes respects à Freysinger, si j’en avais l’occasion …

Mais le cas concret est le suivant : des musulmans demandent au maire une concession pour construire un lieu de culte.  Leur  refusez-vous  sous prétexte que son financement serait étranger ? Certes, les Norvégiens le font, mais cela ne concerne que les financements venus d’arabie saoudite, à cause de la non-réciprocité, et pas les financements éventuels du Maroc, ou de tout état musulman qui permet d’autre lieux de culte que les mosquées. Votre règle serait très vite tournée.

Si j’étais maire, voilà plutôt ce que je leur dirais : « vous aurez votre concession de territoire communal, et vous pouvez même y construire un bâtiment avec le financement de quelque émir, mais comme vous n’êtes pas destinés à rester en France, ce bâtiment doit pouvoir être reconverti dans l’heure en salle commune quand vous serez repartis chez vous ». Voilà qui est assurément « méchant », mais qui concilie notre Vérité nationale avec le Droit international.

20. Interdiction des prêches en arabe. Interdiction également de prêcher aux imams étrangers.

Si j’étais ministre de la police, je me contenterais de virer dans l’heure ceux qui emploient le mot djihad, en français ou en arabe …

Mais si les Bédouins et sous-bédouins veulent parler arabe, qu’y puis-je, humainement ? L’Islam est une religion d’Arabes inventée par un Arabe pour les Arabes. Autant interdire l’Islam !

Mon Dieu ! Comme je n’aimerais pas être le chef d’un parti ou mouvement politique, et réduit à promettre  « panem et circenses » pour draguer la plèbe …

21. Interdiction du port du voile dans l’espace public.

Je n’ai jamais aimé cette histoire de voile, qui vise à camoufler par son interdiction le si visible grand remplacement, mais je ne ferais pas une maladie de cette interdiction générale, sous réserve qu’elle soit appliquée qu’avec la plus grande mauvaise foi, et l’on ne touche jamais aux voiles de dernières religieuses chrétiennes qui le portent dans la rue.

Je donnerais donc ici, simplement, les petites brimades auxquelles je recourrais si j’en avais le pouvoir, et auxquelles je voudrais que la régulation générale n’ait rien à redire.

  • Toute personne qui me demande une chose sans que je puisse vérifier de visu ce que l’on appelle justement son visage, ne l’obtiendra pas.
  • Toute personne qui prétend rentrer avec le visage camouflé ou des vêtements trop amples dans un endroit sécurisé par nature s’expose à se faire virer.
  • Les filles et les garçons vont ensemble à la piscine et au sport, et doivent y porter tous les vêtements « impudiques , que nous autres occidentaux, avons inventé, insoumis que nous sommes aux obsessions de bédouins libidineux … De plus, les filles qui ne feront pas de sport avec les vêtements adéquats seront virées des épreuves et recevront un zero pointé éliminatoire.

22. Interdiction de l’UOIF et toute organisation liée à des réseaux islamistes internationaux.

Je ne sais même pas ce que c’est que l’UOIF et je n’irais même pas vérifier sur Google … Je vous fais confiance …

23. Interdiction de l’abattage rituel. Création d’une taxe supplémentaire sur tous les produits Halal importés de l’étranger. Une partie de la taxe sera reversée aux associations de protection des animaux, le reste alimentant le Fond d’Aide au Retour.

Vous interdisez l’abattage rituel parce qu’il est rituel ou parce qu’il fait trop souffrir les animaux ? Corrompt-il leur chair comme nos odieux procédés modernes ? C’est plutôt détestable de voir des photos d’animaux tués par des musulmans sans montrer, en parallèle, comment nous les tuons nous-mêmes.

Je vous laisse donc utiliser la vieille technique policière qui consiste à pouvoir fermer n’importe quel établissement, serait-ce le Ritz, en y envoyant les services d’hygiène …

A croire que vous n’ayez jamais vu égorgé un cochon, au BI … C’est pas beau à voir, vous savez …

24. Défense de notre identité culinaire et refus de subir les interdits alimentaires étrangers dans les commerces, les cantines scolaires, etc.

Allez-vous interdire le Couscous et le Tajine ? Vous mériteriez que l’on vous dise, sur ce coup-là : « Bouffons, va … ». Cela m’est égal, parce que je n’apprécie pas ces étouffe-chrétiens : mais allez-vous m’interdire les Sushi, aussi ?

Même l’affaire des cantines pose un problème … et je n’ai jamais rien lu à ce jour qui puisse le résoudre correctement.  Peut-on se permettre, économiquement, de proposer deux menus quotidiens dans toutes les cantines scolaires ? Car je refuserais de supprimer notre glorieux cochon européen mais je me verrais mal contraindre un enfant à en manger contre la volonté de ses parents.

En plus, cette affaire de nourriture prise en commun est fondamentale « dans la vie ». Inutile de rappeler que c’est une telle dispute qui a occupé le centre du premier concile de l’histoire. Fallait-il que les juifs convertis au christianisme mangent avec les gentils qui s’y étaient eux-aussi convertis ?

Une piste, peut être … La cantine scolaire cuisine des menus européens, comme si de rien était. Mais il est toujours prévu un stock de plats de substitutions en barquettes individuelles, simplement réchauffés à l’occasion, ou mêmes froids (des assiettes anglaises, si j’osais) pour les enfants/parents demandeurs, en particulier s’il y a du porc au menu normal, mais pas seulement. Après tout, certains pourraient ne pas avoir envie de manger du cochon sans être ni juifs, ni musulmans !

Bien sûr, on pourrait objecter que cette mesure est nuisible pour la santé des enfants concernés, car un plat réchauffé ou froid n’est peut-être pas aussi bon qu’un plat cuisiné frais. Mais il n’y a pas de porc tous les jours. De plus, comme c’est la population concernée qui pose ce problème, il lui suffira de susciter les établissements qui produiront ces plats, pour le même prix de vente que le coût interne d’un plat européen cuisiné à la cantine.

Mais resterait encore le problème : cet enfant qui mange du cochon et cet autre qui répugne à en manger, s’assiéront-ils cote à cote ? Or, ici, ce n’est pas tant le sort du petit musulman qui me rend soucieux, que le sort de l’européen noyé dans l’hostilité de  certains établissements . Mais cela n’est pas un problème de cantine mais celui de l’espace urbain dans cette phase de re-européanisation de l’Europe, et le BI le traite fort justement dans le point suivant …


25. Lutte contre la ségrégation urbaine et le racisme qui touchent les Français de souche dans certains quartiers

La première partie de cette mesure est si invraisemblable venant du BI que l’on pourrait soupçonner la réunion de rédaction d’avoir été infiltrée par Michèle Tribalat. Celui qui est sincèrement pour la rétromigration des allogènes ne peut que se réjouir de leur séparation des indigènes au sein de l’espace de nos cités.

La question qui me préoccupe est donc exactement l’inverse : comment accélérer l’exfiltration des jeunes européens que la situation sociale de leurs parents contraints à vivre dans ces réserves allogènes ?

A la guerre comme à la guerre. Je n’ai pas d’autre piste de réflexion que celle-ci. A un moment donné, certains quartiers devaient être désignés officiellement comme allogènes, et cela pourrait concerner des villes entières,  comme on le voit bien. Dans de tels quartiers/villes, pour donner ce seul exemple, non seulement on pourrait enseigner l’arabe à l’école, mais on le devrait même, et on ne pourrait même l’enseigner que là – je parle, bien sûr, de l’école étatique. Et pour les mosquées temporaires reconvertibles dont nous avons parlé, ce serait la même chose.  Se posera alors le problème que tous les allogènes ne sont pas musulmans  : à vous de résoudre le problème de leur protection – je ne vais pas tout faire, hein !

Bien sûr, du fait de la rétromigration, certains quartiers se videront des allogènes. Ils devraient être alors désignés, à partir d’un certain seuil, comme en phase de reconquête et traités en conséquence par toutes les autorités étatiques impliquées. Par exemple, seuls des Européens auront accès aux logements sociaux ainsi libérés, soit exactement le contraire des quartiers officiellement allogènes. Tout ceci requerrait évidemment des décisions individuelles totalement arbitraires pouvant venir oblitérer, le cas échéant, les décisions des autorités locales ou celles des gestionnaires des logements dits « sociaux » pour leur attribution. Car la reconquête du territoire est, par définition, une affaire nationale, voire l’affaire nationale par excellence.

26. Création d’un grand Ministère de l’identité et de l’enracinement.

Sarkosy, ou l’inénarrable Besson, seraient-ils devenus conseillers du BI ? Vous allez prétendre, à votre tour, nous dire qui nous sommes, ou ce que nous devrions être ? Et pourquoi pas, dans la foulée, décréter le BI parti unique ? Je pourrais même vous donner le nom de mon favori pour ce poste de néo-Goebbels über-communicationnel, si je ne craignais qu’il le prenne mal …

Il est contradictoire avec l’esprit du Bloc Identitaire de prétendre que l’on puisse décréter notre identité, comme le font précisément ceux qui veulent la détruire depuis deux siècles ! Qui a falsifié l’Histoire de France en chargeant l’Etat d’en raconter une officielle, alors que chacun était libre, dans l’ancienne France, en corps ou individuellement, ici ou là, de l’écrire à sa guise ?

Au lieu de créer de nouvelles institutions publiques, nous ferions mieux d’en liquider parmi les anciennes. Tous les observatoires « combien de beur sur ma biscotte » et « touche pas à ma popote », par exemple. Mais nous accomplirions la plus haute mesure de salut public en trouvant un moyen de bannir la franc-maçonnerie du regnum francorum … Dans ce cadre, dissoudre le GOF par décret me parait un peu louche. Mais faire en sorte que des électeurs sachent facilement qui est franc-maçon et qui ne l’est pas, me parait une excellente chose. Et ce serait bien moins louche que le système secret des fiches que les ministres franc-macs de la IIIe république avaient inventées pour freiner la carrière des officiers chrétiens. Ces fiches-là seraient au contraire publiques.

Conclusion

Les ajouts qui me semblaient nécessaires ou les petites piques qui m’ont paru appropriées ne changent rien à mon approbation globale de ce texte, tant pour certaines mesures fondamentales que pour l’état d’esprit général. Je comprends que le BI est favorable à la retromigration maximale des allogènes et qu’il opte franchement pour son caractère pacifique.

Je comprends aussi que l’exercice consistait à fabriquer au plus vite 26 points pour réagir aux 28 points de la conjuration remplaciste. C’est aussi pour cela que je n’ai pas dit tout ce que j’aurais à dire sur certains points, et que j’ai omis de parler de l’émancipation des DOM-TOM. Car il y a un temps pour tout : un temps pour rire avec des masques de cochon, un temps pour dire sérieusement ce qui sauvera la France de son anéantissement programmé, temporel assurément et spirituel peut-être, si veut le Ciel.

Je ne souhaite donc qu’une chose : que la rétromigration, qui n’était qu’un point peu détaillé du programme d’Arnaud Gouillon pour l’élection présidentielle de 2010, devienne le premier, entièrement développé et mûrement élaboré, du prochain programme du BI, présidentiel ou non. Je n’ai, pour ce qui me concerne, aucune réticence à soutenir un programme que l’on dit localiste tant politiquement qu’économiquement, bien au contraire.  Mais nous pourrions nous entendre avec des Jacobins –plutôt contradictoires, il faut bien le dire – pour mettre fin à cette invasion.  Et le BI a la responsabilité historique – tiens, on dirait du Goebbels  … – de déclencher la discussion publique autour de ce projet salvateur, sous la forme qui conviendrait aux circonstances, dans le but de susciter le maximum de synergie et d’adhésion.

Vous, Gens du BI, avez fort bien animés des assises de l’islamisation, vous pourriez susciter quelque chose du même genre pour la rétromigration. Il est plus que temps de passer de la lamentation à l’action.   

Publicités
Cet article, publié dans 3 - Enclume, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Identité & Réconciliation

  1. eric dit :

    Redoutablement efficace! Il faut rendre à ces-ar-abes ce qui est assez-arables!

  2. françois dit :

    bonjour je suis née en France d’un père malien et d’une mère française j’ai grandi en Bretagne et donc j’aimerais savoir quelle est ma place dans votre société futur ? merci

  3. filcret dit :

    Cher François ce que nous avons envie et besoin , c’est que tu te definisses . Malien ou Français ? Muzz ou chrétien ? Casier judiciaire ou pas ? Femme française ou Malienne ? Tu ne peux pas et ne voulons pas de ces positions entre deux chaises . La France elle est Française et pas du tout Malienne . Quand tu te vois dans un miroir , que vois tu ? Malien ou Français . Tu vois c’est simple . Paix aux hommes de bonne volonté .

    • françois dit :

      bien tu as la réponse je suis née en France élevé par une famille française catholique et je ne connais rien du mali et des ces coutumes ! a oui pas de casier judiciaire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s