Treat or trick

Ce n’est pas seulement un truc d’Halloween – on dit d’ailleurs trick or treat, mais je préfère l’inverse -, c’était exactement ce que proposaient les Vikings lorsqu’ils arrivaient devant une Cité qu’ils savaient ne pas pouvoir prendre sans grosses pertes humaines dans leurs propres rangs.Ils disaient donc aux gens derrière les murailles : donnez-nous aujourd’hui une bonne tonne d’or et vous éviterez demain « ce que vous savez ». Le deal était si connu que, lorsque la Cité refusait et qu’ils finissaient malgré tout par la prendre, certains habitants mettaient devant leur porte leurs richesses, pour éviter « ce que vous savez », et il semble que cela fonctionnait.

Nous ne sommes pas ici pour juger des motifs (locaux ou bien plus globaux) et des actes des Vikings, ni de ceux des assiégés (en corps ou individuellement), mais pour parler de la consistance d’un treat or trick en général, et pour ce qui ce qui nous concerne ici.

Or donc, le manifeste de Breivik, puisqu’il faut l’appeler par son nom, contient diverses contradictions, qui ont à faire, selon moi, avec sa psychologie baroque. Plus précisément, son compendium n’est pas tant baroque que rococo : il accumule. Quant à sa personnalité, je ne lui reprocherais certes pas d’être baroque puisque je le suis, mais, moi, je le sais, et il m’arrive même de prendre mes médicaments …. Quoi qu’il en soit, la contradiction qui nous intéresse ici, la plus manifeste selon moi, est une proposition de treat or trick qui ne tient pas débout.

Deportation policy (preventive measures)

When the time is right and the new government (or Military Tribunal) are confident they can handle deportations the following suggestions should be considered.

All Muslims will be given the following choice:

Willing terms of Deportation

All Muslim individuals agree to leave the country voluntarily and peacefully. Each individual will (at departure) receive a onetime fee (compensation) equivalent of 1 kilogram of gold (10 kg for a family of 10).

For a population of 1 million, this would be 1 000 tons of gold at a total cost of around 15,6 billion Euros.

Unwilling terms of Deportation

Muslim individuals who refuse to leave voluntarily and peacefully will be forcefully deported (by the national military aided by the national police force) and will not receive any compensation.

Donc, en résumé et en français, cela donne : « si vous ne vous déportez pas vous-même avec un lingot d’or, nous vous déporterons sans lingot d’or ». C’est évidemment idiot : aucun être sensé ainsi sommé de déguerpir choisirait la seconde option. Il y a quelque chose qui ne va pas dans cette prétendue alternative. Une contradiction en elle-même, ou dans le fait de la proposer comme si elle était une vraie alternative. Les ancêtres de Breivik, quant à eux, en proposaient une vraie : dure, mais une alternative tout de même.

Cette contradiction ou bizarrerie, je l’analyse pour ma part ainsi. Breivik avait l’intention de déporter « ses » musulmans sans aucune compensation mais, soit que la rétromigration pacifique puisse être une idée naturellement envisagée chez les Scandinaves, et en Norvège en particulier, soit qu’il fût (/se voulait) imprégné d’Histoire, et de la Geste des Vikings en particulier, Breivik tenait à donner à son opération de déportation la forme d’un treat or trick.

La chose est flagrante en raison, d’une part, de la symétrie forcée du passage ci-dessus, et d’autre part, dans le constat que son manifeste ne fait, en nul autre endroit, référence à cette alternative ou à son premier terme. En effet, vu le sens habituel de déportation, l’expression « unwilling terms of deportation » est déjà un plénonasme de sorte que « willing terms of deportation » n’est bien qu’une oxymore. De plus, de nombreuses pages sont consacrées à l’ « unwilling terms of deportation », ce qui est normal s’il s’agit de l’organiser, mais aucune autre à cette auto-déportation prétendument alternative, alors qu’il faut malgré tout l’organiser un minimum, ne serait-ce que pour s’assurer que les candidats ne repassent pas deux fois par le guichet.

On notera au passage que ce « Goldmotiv » là fut aussi mis en musique dans une célèbre déportation, mais dans l’autre sens. Quand Isabelle et Ferdinand sommèrent les Juifs d’Espagne de se convertir ou de partir, il n’était pas question de leur donner de l’or s’ils partaient, mais au contraire qu’ils laissent tout leur or…Mais de cette remarque « au passage », on ne retiendra que deux choses : la culture de Breivik ne l’a pas sauvé de la folie meurtrière qui consiste à assassiner ses compatriotes pour les sauver ; il est toujours question d’or dans un treat or trick, de Valladolid jusqu’à Oslo, et en tous temps.

Aussi bien, le lecteur notera bien que l’approche choisie par nous contient une part implicite de treat or trick : si vous ne choisissez pas la retromigration pacifique, nous ne « garantissons rien » sur ce qu’il adviendra finalement de l’Europe, et en particulier de vous. En bref : L’Eurafrique, « ça va pas le faire » ….

Elle contient aussi un autre treat or trick, explicite cette fois et crucial, à destination des Etats-cibles : si vous ne voulez pas de retromigrants, vous n’aurez plus aucune aide au développement. Et pour un effet plus marginal mais de manière tout aussi explicite, un autre « deal » compromissoire est destiné à nos seuls délinquants allogènes  : « si vous voulez éviter tout ou partie de votre peine de prison, demandez la rétromigration ».

Et elle en contient une quatrième occurrence à destination de nos « propres » troupes. La création de ce site est exactement cela. Dans « mon petit coin », je ne suis évidemment pas en mesure de menacer qui que ce soit de quoi que ce soit. Mais ce site n’aurait pas été créé si je ne voyais pas partout répandue l’idée que, dès lors que le principe de la retromigration est accepté, elle doit prendre la forme d’un « unwilling terms of deportation » sans aucune autre alternative, même pour le principe, même pour faire joli !

Et quand je vois que « même » Breivik a pensé à « se » payer une retromigration, cela me met hors de moi. Je suis abasourdi par le fait que j’aurais plus de choses à discuter avec lui au fond de sa cellule qu’avec certains qui jouent les gros bras sur certains sites au demeurant indispensables, et qui m’insultent, parce que, dans leur petite tête, quand on ne veut pas déporter des Africains, c’est que l’on est soi-même un Africain, ou quelque chose « dans le genre » …

Mais laissons de coté ma petite personne. Il serait temps, mes chers compatriotes, que vous pensiez out of the box, sauf à finir en patriotes cons. Arrêtez de jouer au « Celte déglingué», celui qui parle beaucoup mais ne réfléchit jamais, le grand guerrier qui se bat sans même savoir pourquoi, le grand chef qui prend la Ville et ne sait même pas quoi en faire, à part déchirer les termes de sa reddition et tirer la barbe des sénateurs …

Si après deux siècles de cette dé-germanisation intensive que convoie toute dé-francisation radicale, vous ne voulez pas entendre parler des Gens du Nord et de tous leurs trucs, pas de problème pour moi : mais prenez au moins la place de Rome : prenez de la distance avec notre problème, c’est la seule manière de le voir complètement !

—————-

PS : est-ce que je viens d’aggraver mon cas en discourant sur le discours de Breivik ? Ne me suis-je pas manifesté comme le moins malin de tous : le plus bête de tous les « fachos » pour les uns, et le plus facho des bêtes pour les autres ?

Or voyez-vous, pour ce qui est du principe, je crois que la rédemption est offerte à tous, y compris à un Breivik et à un Kappler, et pas seulement à un Ali Agca : on appelait ça christianisme, dans le temps …

Pour ce qui est de notre démarche, je ne vois pas bien comment vous espérez changer la réalité sans programme pour la changer, à moins que vous appeliez programme un concert de lamentations ponctué de coup de cymbales, ou bien un tissu d’inepties concocté par des avocats en mal de prétoire, ou encore le manifeste euro-localiste de cette autre génération auquel je serais encore plus sensible, si, précisément, elle ne faisait pas qu’en appeler, pour l’heure, à ma seule sensibilité de petit cochon rose esseulé découvrant l’existence d’une solidarité de joyeux sangliers qui s’amusent comme des petits fous … Car des trois petits cochons, je suis du genre Naf-Naf : je ne crois qu’en la pierre pour résister au souffle du grand méchant loup, et pour obtenir des tangible results, je veux du tangible program.

Enfin, pour ce qui est de mon mérite éventuel à prétendre faire la paix en couleur plutôt qu’à déclarer la guerre à je ne sais trop qui en noir et blanc, je n’en ai aucun, sauf à avoir compris que l’Histoire ne sert pas uniquement à se gratter l’ego, mais qu’elle peut aussi nous donner des leçons.

—-

PS’ : depuis que j’ai écrit ce post, j’ai vu qu’ils n’y avait pas seulement des gens sensibles dans la troupe du petit sanglier, mais aussi des gens qui voient clair et loin – à force de grimper  sur les toits, peut-être  …

 

Publicités
Cet article, publié dans 3 - Enclume, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s