L’an prochain à Jérusalem

Ce n’est un secret pour personne que sans la menace de mort, catastrophiquement confirmée par 6 millions d’assassinats, qui pesait sur les Juifs d’Europe, l’Etat d’Israël n’aurait jamais été ressuscité, 18 siècles et 78 années après la destruction du Temple par Titus. Cette résurrection est donc un cas exemplaire de retromigration « de peur » , comme nous l’appelons, et non pas une retromigration « en force »dans la mesure où les retromigrants n’étaient pas formellement contraints de quitter l’Europe pour aller en Isräel.

Mais cette réussite (plutôt) exemplaire et (initialement) improbable  contient tout ce qu’il faut pour en faire le contre-exemple d’une retromigration que nul être humain raisonnable ne songerait à déclencher s’il en avait le pouvoir.

Et je ne parle pas du dilemme humain majeur : le droit moral à la résurrection de l’Etat d’Israël n’implique pas le droit légal d’expulser chaque famille palestinienne de la terre qu’elle occupe depuis des « lustres de lustres » dans les frontières autoproclamées du dit Etat. La méthode n’est  « pas très catholique », si l’on ose dire, vu que ce fut bien, pourtant, la solution des rois éponymes pour clore la reconquête de l’Espagne.

Je ne parle pas de ce problème là, qui ne concerne chaque jour que les Juifs et les Palestiniens d’Israël, et les autres Hommes, de temps en temps , quand ils se soucient de la Paix entre toutes les Nations. Car notre problème actuel n’ait pas ce type là, ou du moins pas à ce degré, vu que les Etats cibles de la rétromigration envisagée ont « de la place » à revendre.

Je parle du fait, qu’au XIXe siècle, de nombreux Juifs auraient bien quitté la Russie ou l’Etat d’Europe où ils se trouvaient, mais pas l’Europe, si ce n’est pour les Etats-Unis, cet extrême Occident. Sans l’auto-destruction de l’Europe elle-même, il n’y aurait jamais eu de destruction des Juifs d’Europe, qui fut bien l’épouvantable signal déclencheur de la rétromigration des survivants – une fois conçue l’idée de l’Etat d’Israël. Je ne consommerais pas tout un paragraphe pour le démontrer, mais deux phrases seulement. Au XVIIIe siècle, il y avait des Ghettos juifs de l’Atlantique à l’Oural mais pas de Progrom. Avant cette Révolution qui devait faire exploser l’Europe, certains Européens n’aimaient « pas trop » les Juifs, mais l’idée de les assimiler pour anéantir leur personnalité, et encore moins l’idée de les assassiner pour les anéantir en personnes, n’étaient au programme d’aucun Etat européen bien constitué.

Contre-exemple, aussi, dans le fait que ce sont bien des Européens, quoiqu’il en soit de leur « rattachement tribal sacré », qui furent le noyau refondateur d’Israël. Ce n’est pas avec de l’Argent que repartaient les Juifs, mais avec une culture qui les rendaient capables de re-tisser tout un substrat social que des Occidentaux jugent performant selon leurs propres critères, et un sens économique qui leur permit de bâtir des entreprises florissantes sur des cailloux aléatoirement arrosés.

Contre-exemple encore, dans le fait qu’Israël, outre la détermination de son Peuple, continue  à recevoir une aide substantielle des Etats-Unis et de toute la Diaspora, les deux étant d’ailleurs en synergie : ce n’est pas uniquement par respect biblique pour « nos frères aînés » que les Etats-Unis tiennent à Israël, ni seulement pour garder un pied dans la région, mais parce que leurs dirigeants ne gagneraient pas les élections en se mettant à dos en même temps Hollywood, Miami et Manhattan : nul candidat ne gagnera tout l’électorat juif étasunien, mais nul candidat ne peut gagner s’il le perd tout entier.

Aussi bien, la seule morale positive tirée de cette Histoire, pour notre seule question, est qu’il est possible des gens repartent d’eux-mêmes vers le Lieu que (certains de) leurs ancêtres avaient quitté deux mille ans avant, et le cœur fier et la tête haute encore, car « il est digne pour tout homme de regagner la Terre de ses ancêtres ».

La morale négative : il est dément de penser soumettre nos envahisseurs actuels au dixième des conditions qui frappèrent ce petit peuple dispersé dans toute l’Europe, et déclenchèrent finalement sa rétromigration. Ce n’est pas uniquement pour des raisons humaines que le pogrom, à quelque degré que ce soit, n’est pas tenable, mais parce que, tandis cette petite minorité qu’étaient les Juifs d’Europe n’était alors défendue par aucune puissance temporelle, non seulement les enfants de nos envahisseurs sont dès aujourd’hui plus du tiers des naissances en Europe, mais l’Islam est une puissance humaine énorme, qui a, en plus, des « partenaires » puissants en dehors de l’Islam.

Donc, Europe : la retromigration « en force », ne t’y avise pas, et la retromigration « de peur », n’y pense même pas. Le résultat final serait le même pour toi : tu finirais en super-Kosovo, et aucun petit sanglier ne viendrait prier la Vierge Marie avec toi. Pire que ça : ce sont tes enfants qui migreront de plus en plus « de peur », et non pas tes envahisseurs qui retromigreraient finalement ainsi, si tu choisissais, par malheur, le mauvais scénario.

Europe, nul ne te demande de faire semblant d’être gentille. Pour survivre en Monde, il y a bien plus grave que d’être un peu méchant « sur les bords », et c’est d’être trop bête, tant au milieu que sur les cotés. Si, à la colossale bêtise de cette immigration, tu réagissais bêtement par une retromigration méchante, tu aurais bien mérité le sort que la Parque est en train de tisser pour toi.

Publicités
Cet article, publié dans 2 - Expériences, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour L’an prochain à Jérusalem

  1. Pierre dit :

     »Ce n’est un secret pour personne que sans la menace de mort, catastrophiquement confirmée par 6 millions d’assassinats, qui pesait sur les Juifs d’Europe, l’Etat d’Israël n’aurait jamais été ressuscité, 18 siècles et 78 années après la destruction du Temple par Titus. »

    C’est bien sur tout a fait faux. En 1939, il y a déjà 600 000 juifs en Israel et toute les institutions politique plus une armée pour faire fonctionner l’Etat. Au contraire, la Shoah a beaucoup affaiblie le futur État d’Israël.

    • Chilbaric dit :

      En 1939, il n’y avait pas d’Etat d’Israël, mais un protectorat britannique, et le plan Balfour de partage de la Palestine n’avait été validé par personne. Pas par l’ONU, en tout cas, puisqu’il n’existait pas
      L’indépendance date de 49 et elle entraîne le jour même une déclaration de guerre des voisins contre l’Etat, vu que les voisins ne veulent pas d’un Etat juif, quoi qu’il en soit de la décision de l’ONU pour le partage … qui n’a pas été appliqué.
      Le retour de la diaspora européenne étant détaillé là dessous …
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Alya
      … vous dites que des juifs d’Europe n’ont pas fui l’Europe (ou le Magrheb) juste avant ou pendant la shoah, et ne l’ont pas fui, de plus belle, même après ?
      Vous dites que multiplier par 10 sa population en moins d’un siècle n’a aucune importance pour un Etat en guerre contre tous ses voisins du fait de sa naissance même ?
      Entre Herzl et Ben Gourion, entre le projet et la fondation, il y a la Shoah.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s