Liberia Experiment

Après la fin de l’esclavage aux Etats-unis, une partie importante de ceux qui avaient promu   son abolition envisageaient le retour volontaire des ex-esclaves en Afrique. L’American Colonization Society fut créée exprès pour cela, avec levée de fonds et achat de terres en Afrique dans ce qui allait devenir le Liberia.

Nous n’essayerons pas ici d’analyser la motivation des fondateurs, mais nous rappellerons simplement deux choses. Premièrement, il y avait des noirs parmi-eux, ce qui montre que pour eux au moins la retromigration n’était ni folle ni indigne. Deuxièmement, pendant que certains Yankees concevaient cette rétromigration dans la paix, certains Sudistes préparaient le Ku Kux Klan …

Mais laissons donc là les motivations et demandons nous plutôt pourquoi le résultat de l’opération fut très en dessous de l’objectif quantitatif visé. C’est que, pour les esclaves libérés, l’incitation brute à partir au Libéria n’était supérieure à l’incitation brute à rester aux USA que pour une petite population de gens (plutôt) courageux.  Mais en général, donc, en moyenne, la propension nette à partir était quasiment nulle, voire négative.

C’est donc un cas réel exemplaire de retromigration pacifique marginale, selon la typologie que nous proposons, pour l’opposer à la rétromigration pacifique maximale, qui ne peut être atteinte que si la moyenne de propension susdite est (rendue) positive.

Publicités
Cet article, publié dans 2 - Expériences, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s